Pinson des arbres

Fringilla coelebs


Pinson mâle
Ce fringille occupe 95% de la surface du territoire de PACA : en effet, on le retrouve partout où il y a des arbres.
De la taille d'un moineau, l'espèce a un dimorphisme sexuel marqué, c'est-à-dire que le mâle et la femelle n'ont pas la même apparence. Le mâle a la poitrine et les côtés de la tête couleur rouille, et une calotte gris-bleuté. La femelle, plus terne, est d'un gris verdâtre avec une nuance brune sur le dos. Les deux ont cependant deux barres blanches sur les ailes, ce que permet de les reconnaître de loin.

A la belle saison, il nourrit sa progéniture d'insectes et de larves en quantité. Dès que les insectes viennent à manquer, il revient sur son régime habituel de granivore. Peu farouche, quelques graines à la mangeoire le feront vite débarquer.

Pinson femelle
Sédentaire dans nos régions, on l'entend chanter dès la mi-février et construit son nid dans un arbre ou un arbuste dès la mi-mars, pour élever deux nichées successives.
En hiver, les individus se regroupent parfois en grand nombre pour survivre : on dit qu'ils sont grégaires.


Son chant est toujours le même, répété sans cesse en période de reproduction. C'est une strophe vive commençant par 3 ou 4 sons aigus rapidement répétés, suivis d'une série descendante, et finissant par 1 ou 2 notes enjouées.



Il s'est adapté à la fragmentation des milieux et à l'urbanisation. De par sa répartition et son abondance, le Pinson des arbres est une espèce stable et non menacée bien que, dans les années 1950, les populations ont subi une forte diminution, principalement à cause de l'usage de pesticides.